USA épisode 2 : panne d’essence, Québec City et le Vermont

Portrait n°36 : Max et Carolyn
19 juillet 2017
Portrait n°37 : Kevin
23 août 2017

USA épisode 2 : panne d’essence, Québec City et le Vermont

Dans l’épisode 1 (par ici) , on expliquait comment on a acheté le van, comment on l’a assuré, aménagé…mais une fois que tout ça était fait, il a bien fallu se mettre dans le bain. On doit dire qu’on était assez impatients de passer une première nuit dans notre PMSR ( Petite Maison Sur Roue ) (en vrai on ne l’a jamais appelé comme ça mais on trouve ça rigolo), mais avant ça, nous devions y apposer notre touche personnelle, aménager le tout, ranger notre bazar et préparer la suite des évènements.

 

Après notre passage (mouvementé) chez Ikea, nous avons récupéré nos affaires à l’auberge de jeunesse, et on a mis deux bonnes heures à tout ranger : c’est que la vie en van, ça se prépare et ça s’organise si on ne veut pas finir par se taper dessus ! On a acheté des cubes organisateurs pour les tiroirs sous le lit, quelques éléments de déco, des tapis et autres draps…

C’est assez tard qu’on s’est enfin décidés à aller dîner et chercher une place de parking sur laquelle passer notre toute première nuit, et c’est vers le boulevard Saint Laurent que nous avons élu domicile, près d’une nuit un peu bruyante mais on ne voulait pas trop s’embêter à tourner, crevés comme pas possible.

La toute première nuit en van s’est vraiment bien passée, on a pris nos marques petit à petit, et ce n’est pas évident de trouver ses marques dans 8m3 à deux ! Les habitudes ont donc commencé à se mettre en place, notamment pour les « rituels » du soir et du matin, pour ranger le lit, pour la vaisselle, la cuisine, la toilette du matin, etc…

 

Et nous voilà donc partis direction Québec City, où nous devions retrouver JC, un québécois que nous avions rencontré à SaPa au Vietnam. Le destin en a décidé autrement ; le couple à qui nous avons acheté le van n’avaient pas mentionné le dysfonctionnement de la jauge à essence, ce qui fait qu’au bout de 60 kms, le van s’est complètement arrêté sur l’autoroute. Je vous laisse imaginer ce qui a pu se passer dans nos têtes, imaginant avoir récupéré un van pourri, s’être faits avoir…bref, l’enfer. Nous avons appelé la dépanneuse, qui n’a pas tardé à arriver, et heureusement car il commençait à pleuvoir très fort. On avait sacrément l’air malin quand le dépanneur a simplement mis un bidon d’essence dans le réservoir et que la voiture a redémarré comme si de rien n’était…Un mal pour un bien vous me direz, mais cette bêtise nous aura quand même coûté 120 euros

Nous, l’autoroute, le van en panne. Mais toujours avec le sourire !

Québec City, une carte bancaire oubliée et pas mal de pluie :

 

Québec City, c’est une petite ville historique, authentique, agréable, mais qu’on a découverte sous la pluie et dans un froid glacial. Nous avons trouvé un parking dans le centre de la ville, et nous avons bien été surpris lorsque le matin le gardien est venu toquer pour nous réveiller et réclamer ses 20 dollars…mauvaise pioche, nous qui pensions nous en sortir gratos !

On a goûté à la tire d’érable, de l’érable coulé dans de la glace pour faire des sucettes : troooop bon !

Nous avons assisté à une messe dans l’église principale de Québec, ce n’était franchement pas si différent qu’en France, bien que beaucoup plus chaleureux (le fort accent du prêtre jouant pas mal 😉 ).

 

En partant de Québec City, après un petit tour par les très jolies chutes de Montmorency, nous nous sommes arrêtés pour mettre de l’essence, et avons constaté avec effroi la disparition de la carte bancaire d’Antoine. Après quelques efforts de mémoire, Agathe s’est souvenu ne pas l’avoir récupérée lors du dernier retrait, le matin même… Quelques coups de fil plus tard, plus de doute, la carte bancaire a été détruite. La carte d’Agathe étant elle aussi bloquée, nous nous serions bien passés de cet épisode « tête en l’air »… On se débrouillera avec une carte de secours d’un compte Nickel (les comptes bancaires qu’on fait en bar tabac), qu’Agathe avait faite faire juste au cas où ce cas de figure se présentait à nous…(ouf)

La doudoune est de rigueur !

Le Vermont, végétation et crème glacée

 

Le passage de la frontière Canada-USA s’est fait tout en douceur le 15 mai. On s’attendait à attendre longtemps, à peut être être embêtés car, mine de rien, on est deux jeunes dans un van un peu vieux et rouillé…et bien pas du tout ! On a discuté quelques minutes avec le douanier, et nous avons posé le pied (enfin la roue) sur le territoire états-uniens. Le premier Etat qu’on a visité, c’est le Vermont, un Etat très vert, pas très habité, mais super agréable, un petit air de Normandie…

Les paysages du Vermont

Après avoir trouvé un spot assez sympa pour garer le van pour la nuit, au bord d’un lac, on s’est mis en tête de trouver des légumes frais, car nous avions acheté de quoi cuisiner des fajitas chez Dollar General (une chaîne discount d’ici)…mais rien, on aurait dit que l’île était déserte ! On finit par tomber sur une petite échope genre en libre service, avec quelques conserves et du sirop d’érable mais avec personne pour encaisser ou conseiller…on cherche un peu autour de la petite cabane, mais toujours rien. Après une dizaine de minutes, nous étions prêts à partir quand une dame est apparue, et nous a expliqué que si nous voulions acheter quelque chose, il suffisait de déposer les sous dans le seau au milieu de l’échope. Et en effet, le seau était plein de dollars, que les gens laissent en passant acheter leurs provisions. Et personne ne vole ! Ca ne serait pas la même histoire en France, qu’on a pensé…

Le “supermarché” du coin

On était ravis de cette petite découverte et nous avons acheté un petit pot de sirop d’érable et un bocal de courgettes marinées maison par la petite dame.

 

Ben&Jerry’s

 

Si vous ne le saviez pas, et bien c’est dans le Vermont, à Waterbury, que l’aventure Ben&Jerry’s est née. On est allés visiter l’usine, accessible au public, moyennant 5 dollars par adulte, et on a appris plein de trucs ! C’est vraiment une marque sympa, qui a su rester en phase avec une image de marque forte, qui s’engage, qui innove constamment, et surtout vachement rigolote. Le guide était absolument génial, on a pu goûter plein de parfums différents, on a visité le cimetière des saveurs abandonnées (trop marrant), et on a même failli racheter leur van… 😉

Pas dégueu ce van !

A venir dans l’épisode 3 : Les universités américaines, Boston et de jolies rencontres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *