Portrait n°39 : Pelle

Portrait n°38 : Juan
28 août 2017

Portrait n°39 : Pelle

Quand on roule pendant des heures en van, en été et sans clim, il est parfois nécessaire de s’arrêter pour se rafraîchir. C’est ce que nous avons fait le 18 juillet, dans un petit village un peu chic du Michigan. Ce qui est cool c’est qu’aux Etats-Unis il y a plein de lacs, souvent, partout. Ce qui est un peu moins cool c’est que la plupart du temps les lacs sont entourés de maisons, donc la plupart des berges sont privatisées et donc inaccessibles… Mais ce jour là, on a eu de la chance, il y avait une rampe d’accès pour les bateaux, accessible au public. Il y avait aussi plein de panneaux interdisant la baignade, mais il en faut plus pour décourager les Patibois, d’autant plus que 2 marmots et leur papa se baignaient !

 

Le Papa, c’est Pelle, un norvégien de 39 ans, ancien handballeur professionnel qui a du tout arrêter à cause de diverses blessures, et notamment la cheville, qu’il a cassé à trois reprises. Après 6 ans, donc, de carrière sportive, il a du trouver un autre « vrai métier » comme il aime à le dire, mais il était hors de question pour lui de s’éloigner du milieu du sport, alors il a repris les études pour quelques mois et est devenu formateur pour coaches de sportifs professionnel (c’est long comme nom de métier hein ? hihi). Il travaille avec les comités sportifs olympiques, ce qui lui permet de travailler un peu partout, d’autant plus que des gens comme lui, il y en a peu.

Il n’a pas tardé à nous féliciter à propos du fait que Paris accueillera les JO en 2024, mais pour être honnêtes on n’était même pas au courant ! (oups)

 

L’épouse de Pelle est américaine, originaire de la petite ville dans laquelle nous étions, c’est une neurologue chercheuse. Elle consacre 10 mois de l’année à la recherche, et 2 mois de l’année à être neurologue chirurgien. Le poste qu’elle occupe est un poste « itinérant », c’est à dire qu’elle est amenée à changer d’état ou de pays tous les 2 ou 3 ans, pour aller aider au développement de la médecine dans les pays émergents notamment. Ils vivent depuis 1 an et demie en Zambie, dans la capitale, où les enfants sont scolarisés au lycée français. La vie là bas, ça lui plaît bien à Pelle, il s’est habitué à bouger constamment, notamment grâce au fait qu’il peut trouver du boulot, ou tout du moins se créer un boulot un peu partout dans le monde.

 

Pelle, son épouse et les deux garçons vivent dans une villa à Lusaka, au cœur du quartier d’expatrié de la ville. Madame travaille beaucoup et Pelle passe beaucoup de temps avec les garçons qui sont donc à l’école au lycée français de la ville. Les petits parlent un peu français, bien qu’assez timides à l’idée de nous montrer tout ça ;).  Il n’y a pas grand chose à faire en Zambie, alors l’activité principale du trio, c’est le sport (évidemment), les garçons cuisinent pas mal avec leur père (bien que les repas soient préparés par les gouvernants !) on sent une vraie complicité entre les deux bouts de choux et le patriarche qui prenaient du bon temps sur leur stand-up paddle. Ce qu’il y a de bien en Zambie, c’est que la vie qu’ils mènent est une vie qu’ils ne pourraient pas mener ailleurs en raison de leur pouvoir d’achat là bas !

 

Ils reviennent à chaque vacances ou presque aux Etats-Unis, il faut dire que le cadre est sympa, chaud et qu’il n’y a mille choses à faire pour les marmots. Lorsqu’on demande à Pelle où il se voit dans 5 ans, c’est le blanc total : impossible de savoir à cause (ou grâce !) à la profession de madame, qui est amenée à bouger souvent…pour leur plus grand bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *