Portrait n°38 : Juan

Portrait n°37 : Kevin
23 août 2017
Portrait n°39 : Pelle
13 septembre 2017

Portrait n°38 : Juan

Juan est un chauffeur de taxi colombien de 42 ans, né à Carthagene. Nous l’avons rencontré lorsque nous sommes allés à Playa Blanca, une plage située à 45 Minutes de la ville. Dans un premier temps nous avions voulu prendre un Uber mais le saloupiod a voulu nous la faire à l’envers en nous réclamant de le payer en espèces en plus du paiement via l’application…et il ne lâchait pas le morceau ! Uber n’étant pas encore très autorisé et régulé en Colombie, il a voulu nous faire croire que la zone où nous voulions aller n’était pas couverte par l’application … bullshit! Nous ne sommes bien sûr pas tombes dans le panneau et avons quitté fissa son véhicule, puis pris le soin d’informer Uber du trafic qui se mettait en place entre les chauffeurs.

Bref, après toutes ces aventures, c’est dans le taxi de Juan que nous avons choisi de faire le chemin ; la négociation à notre prix n’ayant pas été franchement compliquée. Juan est un colombien de 42 ans, il est né et a passé toute sa vie à Carthagene. Voila 8 ans que Juan est chauffeur de taxi à Carthagene, avant il travaillait dans la raffinerie de la ville (qui, par ailleurs, est celle qui fournit majoritairement le reste du pays). Suite à une baisse de l’activité de son service, la raffinerie n’avait plus vraiment de travail à lui proposer, alors il a choisi de changer complètement de mode de vie, en attendant de trouver une belle opportunité.

La voiture avec laquelle il réalise ses courses est une voiture qu’il loue, a priori pour 25000 pesos colombiens par heure (soit 7 euros). On n’est pas tout à fait sûrs de la véracité de l’info mais c’est en tout cas ce qu’il nous a dit ;-). Juan travaille 6 jours sur 7, son jour de repos étant le mardi, et il n’a pas d’horaires fixes ; plutôt une somme à atteindre chaque jour, et il rend sa voiture une fois qu’il l’a atteinte.

Juan est marié depuis 12 ans et est papa de 2 petites filles de 3 et 5 ans. Depuis la naissance de sa deuxième petite fille, sa femme reste à la maison pour s’en occuper, mais travaillait auparavant pour une entreprise d’évenementiel.

Dans peu de temps, la vie de Juan va changer : la raffinerie dans laquelle il travaillait il y a neuf ans l’a recontacté car ils ouvrent une antenne en Israël et ils envoient 800 colombiens pour y travailler. Il attend son visa pour pouvoir partir, mais cela ne saurait tarder selon lui : il espere être en Israël le mois prochain. C’est une très bonne nouvelle pour lui, même s’il appréhende de quitter sa famille, car cela va lui permettre de gagner beaucoup plus d’argent qu’aujourd’hui en tant que chauffeur de taxi, mais aussi parce qu’il est heureux de re-travailler dans le milieu de la raffinerie qu’il apprécie véritablement (plus que son job de chauffeur de taxi!). À priori, son épouse et ses enfants auront la possibilité de le rejoindre après un certain temps, correspondant à la “période d’essai” de Juan.

Après la course effectuée avec nous, Juan s’apprêtait à aller déjeuner à Castillo Grande (le “business district” de Carthagène), un truc rapide dans un boui-boui local. Evidemment j’étais curieuse de savoir de quoi allait se composer son déjeuner, et la réponse était relativement facile à deviner ici en Colombie : du poulet frit, du riz et des patacones (les patacones sont des beignets très denses de banane plantain). Un dejeuner typiquement colombien, en somme ! Notre course était un bon coup pour Juan : 100.000 pesos, soit environ 30 euros, alors il semblait nous dire que la journée ne serait pas très longue pour lui, la somme visée pour la journée étant quasiment atteinte.

Juan, c’était un monsieur adorable, calme, intéressant, honnête, ça fait vraiment du bien car pour être très sincères nous avons été surpris de l’attitude des habitants de Carthagene a notre égard : pas très agréables voire même désagréables, pas très honnêtes ni bosseurs…sûrement un effet du tourisme, car à Medellin nous avions été séduits par la gentillesse des locaux, leur côté très “smart”, rapides et sympathiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *