Portrait n°36 : Max et Carolyn

Portrait n°35 : Christian
18 juillet 2017
USA épisode 2 : panne d’essence, Québec City et le Vermont
22 juillet 2017

Ce n’est plus un secret, il est dans nos habitudes de nous arrêter dans des fast-foods pour profiter de la wifi et recharger nos appareils (la 2eme batterie du van nous faisant défaut depuis quelques jours…). Le 17 juillet, c’est chez Wendy’s que nous avons élu domicile, dans un petit bled de l’Iowa. La chaleur était écrasante, et une petite pause pendant notre long périple reliant Las Vegas à Montréal était vraiment la bienvenue.

 

Dès que nous sommes rentrés dans le restaurant, on a été touchés par un couple âgé, qui partageait une jolie salade et un hamburger, avec beaucoup de bienveillance l’un envers l’autre. Peut être ont ils senti nos regards se poser sur eux, mais une fois leur repas terminé, ils sont venus s’intéresser à nous, avec pas mal de curiosité. On a discuté une bonne heure avec eux, tous les quatre heureux de partager un moment simple mais sincère.

 

Max a 81 ans, Carolyn 79 ans, ils sont mariés depuis près de 60 ans et ont eu 5 enfants ensemble. La drôle d’aventure qu’est la vie a fait qu’ils ont également élevé deux de leurs neveux, alors ils se présentent comme parents de sept enfants, qu’ils « aiment tous d’un amour égal et profond ». Ils vivent dans la ferme familiale de Max depuis que ce dernier est à la retraite, soit 17 ans. Avant, Max était ingénieur en mécanique, il travaillait sur de longs projets pour de grosses entreprises, ce qui a amené Carolyn, Max et leur petite tribu à pas mal déménager, entre Illinois, Nebraska et Iowa. Carolyn quant à elle a toujours été femme au foyer, c’est que c’est du boulot de gérer sept marmots ! Il travaillait beaucoup et n’était pas beaucoup à la maison selon les dires de Carolyn, et on veut bien la croire quand elle dit que son mari est un bosseur car une fois à la retraite, il s’est trouvé une sorte de hobbie qui leur permet de mettre du beurre dans les épinards : le travail du bois.

 

Carolyn et Max possèdent plein de noisetiers à la ferme (et quand je dis plein, c’est une forêt). Un jour, une de leurs filles, passionnée par le canvas, a imaginé et proposé à son père d’utiliser le bois des noisetiers coupés pour fabriquer des « threadkeepers », un outil utilisé pour le canvas, généralement fabriqué en plastique/PVC de mauvaise qualité donc qui cassent souvent. Max a accepté avec plaisir d’essayer, et après quelques essais il s’est avéré que le résultat était vraiment canon, alors sa fille lui a demandé d’en fabriquer une cinquantaine, qu’elle distribuerait à ses copines du club de canvas. De fil en aiguille, grâce au bouche à oreille et à la petite communauté du club de canvas de leur village, les objets fabriqués par Max ont commencé à être connus dans l’Etat… Aujourd’hui, il envoie même régulièrement des colis en Italie, en France, en Angleterre… Peut être est ce ça le secret de sa jeunesse : il bosse tous les jours pour fabriquer ces objets, il s’amuse, et ça rapporte des sous ! Que demander de plus ?

 

Carolyn et Max s’aiment, ça se voit de loin et ça fait tellement plaisir à voir. Ils se tiennent par la main, dans les bras, ils écoutent l’autre attentivement quand il parle, ils s’admirent et le montrent. Ils nous ont proposé de venir chez eux, dans leur ferme dont ils sont très fiers, et ça nous a vraiment crevé le cœur que de devoir décliner leur invitation ; il nous fallait impérativement être à Montréal deux jours après, et il nous restait 2000 kilomètres. On a néanmoins pris leurs coordonnées que nous conservons et conserverons précieusement. A la toute fin, après les aurevoirs, Carolyn nous a invités à faire un cercle en nous tenant par les bras et elle a énoncé une prière, au beau milieu du Wendy’s, priant Dieu de nous protéger et de nous permettre d’avoir une belle vie. Après cela, elle  nous a offert un « threadkeeper » avec une jolie image de la Tour Eiffel collée dessus.

 

Nous n’oublierons jamais ces quelques moments partagés avec ces personnes pleines d’amour, de gentillesse et de sagesse. Cette rencontre était inspirante, apaisante, positive. Max, Carolyn, on vous adore et on ne vous souhaite que du bonheur, ainsi qu’à vos enfants et petits enfants.

 

Max a un site internet (eh ouais !), si vous voulez jeter un œil à ce qu’il fait du haut de ses 81 ans ( !!!) : ici 

Le “threadkeeper” que Carolyn nous a offert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *